Une solution locale exemplaire

Il y a environ 40 ans, des mères de familles japonaises ont en eu assez d'acheter des produits malsains, traités, chers et dont elles ne connaissaient pas la provenance. (Le Japon importe 80% de ses besoins alimentaires). Ces mères de familles se sont regroupées et ont demandé à un agriculteur de la région de leur fournir des produits sains et locaux. En contrepartie les familles s'engageaient à payer d'avance le maraîcher, afin qu'il puisse semer, planter et récolter en toute sérénité. Le risque étant solidarisé, tout ce petit monde vivait mieux. Cette expérience a été reprise par d'autres régions du Japon, pour arriver ensuite jusqu'à nos portes.


Même si pour l'instant, il ne s'agit que d'un début, cette démarche pourrait constituer, dans un avenir proche, (cela dépend des citoyens que nous sommes...) une solution pour une alimentation plus saine à tout points de vue.

Avec ce type d'association, on évite:

L'exploitation des travailleurs, comme celle dont sont victimes les ouvriers agricoles en Espagne, en Italie et peut-être même en France (c'est toujours chez les autres, mais jamais, au grand jamais, chez nous, c'est bien connu).

Loin de pousser toujours plus à la baisse des coûts de production, les membres de ces associations paient une somme fixe et régulière au paysan, et ceci quels que soient les aléas climatiques et le volume de production. Un paysan plus serein fait du meilleur légume !

De par la relocalisation de la production, les transports par camions sont minimisés, la planète s'en porte d'autant mieux et l'homme aussi :

- Par la fin du productivisme, dont on sait qu'il est toxique pour les sols, les nappes phréatiques, l'air, les produits agricoles eux-mêmes et par conséquent pour les familles.

- En évitant la perte des saveurs, le paysan local ne fournissant que des produits de saison qui ont poussé dans de la vraie terre, qui ont une vraie mémoire et qui nous font vraiment beaucoup de bien.

Et lorsque le paysan explique tranquillement tout cela, personne ne lui réclame des fraises ou des tomates en hiver !

> Pour en savoir plus : www.lacoccinelledalsace.fr

Laisser une réponse

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *