Un restaurant pas comme les autres, épisode 2

Chaque intervenant Une Fleur des Champs assume le fait qu’une partie importante du bien-être des gens qu’il reçoit pour un repas, découle de ses connaissances et il en accepte la responsabilité. Responsabilité qui le motive constamment, pour non seulement, se procurer les produits les meilleurs, mais aussi, pour les cuisiner et les assembler au mieux. Ceci afin de permettre à chacun de ses convives de bénéficier des bienfaits d’une cuisine dynamique et néguentropique.

Créatif et connaissant les effets métaboliques que l’environnement aura sur ses convives, il déborde d’énergie pour faire en sorte que ses plats du jour correspondent au mieux à la dynamique des saisons. Ses recettes permettent à chacun d’être au mieux, lors de la succession des différentes saisons.

A la tête d’une équipe, le cuisinier-restaurateur Une Fleur des Champs sait insuffler aux personnes qui l’entourent un enthousiasme contagieux pour tout ce qui touche à une alimentation qui respecte l’être humain dans son environnement et ses multiples dimensions.
Il suscite l’adhésion de chacun en communiquant la vision d’un but partagé : le bien-être de l’autre à travers l’aliment. But qui remet à sa juste place le métier sacré de cuisinier. Son attachement à un art culinaire qui cherche ses racines dans un bon sens ancestral éprouvé, lui donne la force de mettre son équipe en mouvement pour le bien de ses amis convives.

La grande force du Cuisinier-Restaurateur Une Fleur des Champs réside dans sa capacité à percevoir le rôle déterminant joué par chaque aliment sur les diverses dimensions de l’être humain. A l’écoute permanente de l’environnement, il sait capter les signaux des saisons et leurs effets sur le bien-être de ses clients. Il agit ainsi dans la confection des différentes recettes. Son comportement décisionnel est marqué par le dynamisme des cycles naturels et leur interaction entre l’individu et l’harmonie de son métabolisme.

Le cuisinier-restaurateur est capable d’appréhender les changements d’une situation climatique bouleversée. Il sait utiliser les opportunités et le potentiel de l’aliment afin d’améliorer le mieux-vivre de ses convives. Cette disposition est particulièrement bénéfique lorsqu’il s’agit de mettre en place des recettes pour des saisons où la lumière et le soleil viennent à manquer, situation qui joue sur le moral des populations.

Nous pensons que le concept “ Nature in the city ” nous vaudra la reconnaissance de nos amis-clients mais également du monde agricole, dans la mesure où nous saurons sublimer, à travers nos plats, ces deux métiers sacrés que sont : celui de paysan et celui de cuisinier.
Nous devons sans cesse parler du lien qui nous rattache à la nature et à la terre.
Notre discours et le dialogue que nous créons avec nos amis-clients rappelle le lien qui les unit avec cette nature, dispensatrice des produits que nous utilisons dans notre cuisine, et qui inspire un profond respect pour celles et ceux qui les produisent.
Tous ces gens qui consacrent leur vie à produire ce que nous mettrons quelques heures à cuisiner et qui sera ensuite consommé en quelques minutes. Ce sont ces quelques minutes qui doivent redevenir des minutes de « conscience ».

Le convive, grâce au concept “Nature in the city”, découvre l’importance des saisons et de la qualité des ingrédients qui sont au cœur de notre cuisine néguentropique..
Pour  réussir ce mariage entre le vrai, le beau, le bon, le bien, il nous faut, chaque jour, maîtriser la simplicité en cuisine.
Et ce n’est pas chose la plus facile…

Laisser une réponse

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *